COVID-19 : Tous ensemble face au virus

ArticlesActualités

©Studio Sifaka
L'acheminement du charbon de bois vers les détaillants se poursuit dans l'île.

Prix du charbon de bois : pas de hausse à craindre

En période de soudure, les spéculations sur les produits de première nécessité sont inévitables. Parmi eux, figure le charbon de bois.

A cette même période, l’an dernier, le prix d’un sac est passé de 17.000 à 25.000 ariary. D’après les explications d’un producteur, la hausse reste prévisible en saison de pluie. Pour cause, outre les difficultés de transport en saison pluvieuse, l’abondance des précipitations stoppe la production de charbon de bois.

En confinement, aucune hausse n’a été enregistrée car les marchandises ont toujours pu circuler. Il en est de même pour ce début d’année. A défaut de pluie, le prix est plus ou moins resté le même. Toutefois, la demande a diminué en raison de la difficulté financière post-confinement. Selon les explications d’un commerçant, deux mois après le début du confinement, les consommateurs ont préféré acheter au détail. Lui d’ajouter que « les sacs de charbons s’entassent. Si auparavant, on arrivait à vendre plus de 60 sacs par mois, depuis le mois de Mai 2020, on arrive à peine à en écouler une trentaine. L’approvisionnement ne se fait que tous les quatre mois si antérieurement c’était tous les un à deux mois maximum. Les bénéfices journaliers ont grandement diminué. »

Une hausse est-elle à craindre ?

Selon les explications de Rivo, un producteur de charbon, il serait difficile d’augmenter le prix du charbon même s’il se mettait à pleuvoir bientôt. Malgré la baisse des demandes post-confinement, les productions ont continué et ont été acheminées vers les détaillants. De ce fait, les stocks ne sont pas entassés dans les régions productrices. 

Sauf spéculation, il ne devrait pas y avoir de pénurie de charbon de bois étant donné que c’est la demande qui a diminué et non la production.

Ialy Ra