COVID-19 : Tous ensemble face au virus

ArticlesInterviews

©Rondro Ratsimbazafy
Rondro a traversé plusieurs épreuves dans sa lutte contre le coronavirus.

« On va guérir... C'est ce à quoi je me suis accrochée et l’idée ne m'a pas quittée »

Diabétique et en surpoids, Rondro, 48 ans, fait partie des personnes considérées comme vulnérables face à la covid-19. Elle a contracté la maladie, cependant, elle emprunte lentement mais sûrement la voie de la guérison. Refusant de se laisser abattre, elle partage, à travers cette interview, la positive attitude qu’elle s’est forcée d’avoir pour surmonter cette épreuve.     

Studio Sifaka : Etiez-vous au courant des risques pour les personnes vulnérables ?

Rondro : Oui je connaissais les risques. Je fais partie des personnes qui faisaient très attention. A la limite de la paranoïa.

Quelles précautions avez-vous prises par rapport à cela ?

J’étais suréquipée : masques, gants, gels, et même lingettes pour bébés sans parfum au cas où on ne peut pas se laver les mains. Tout un arsenal (sourire). Au seuil de la porte de la maison, j’ai mis des torchons imbibés d'eau de javel. Nous n’entrons pas dans la maison avec les mêmes chaussures. Nous les enlevons, elles restent dehors et nous les remettons le lendemain. Nous avons des chaussures et des vêtements de rechange près de la porte. Je suis très sévère envers ma fille de 11 ans quand elle ne suit pas ces règles. Bien-sûr, arrivés à la maison, on se lave les mains. Je demande à ma fille de compter jusqu'à 20 avant de se les rincer.

Vos sentiments à la lecture des résultats du test ?

Le médecin de mes proches m'avait dit que l'annonce des résultats positifs de la covid-19 fait littéralement l’effet d’une sensation de mort imminente. Je pense que c'est exactement ce que j'ai ressenti quand le médecin m'a dit que je l'avais. Que ma mère et moi nous l'avions. Nous venions d'enterrer mon père il y a quelques jours et il a fait le test mais les résultats ne nous sont jamais parvenus. Le fait qu'il nous ait transmis la maladie reste une supposition. On n'a juste pas fait attention à nous, on n'a pas écouté notre corps. On était en deuil. En allant chez le médecin, j'étais à peu près sûre que c'était ça. Mais il y a quand même eu un choc.

Le médecin vous a prescrit l’utilisation d’un concentrateur d’oxygène. Votre impression à la vue de la machine ?  

Mon père était déjà sous concentrateur d'oxygène à la clinique où il est mort, donc forcément cela a ravivé de très mauvais souvenirs.

Aviez-vous des difficultés à respirer ?

Je me rappelle avoir eu du mal à respirer, mais vraiment, ne pas pouvoir respirer quelques jours avant la mort de mon père. Mais j'étais en plein déménagement et je pensais que c'était dû à la poussière. Deux jours après, j’étais très fatiguée et j’avais des courbatures.

Comment avez-vous vécu ces derniers jours ?

Quand le médecin nous a dit qu'on était contaminées ma mère et moi, il a souligné que je devais également être hospitalisée. Mais comme je ne pouvais pas laisser maman toute seule, nous sommes retournées ensemble à la maison, les prescriptions du médecin sous les bras. Là, je me suis dit, on va guérir parce qu'il le faut. C'est ce à quoi je me suis accrochée et l’idée ne m'a pas quittée. J'ai décidé d'être positive sans pour autant me voiler la face. Le fait de se dire qu'on va se battre et qu'on va gagner aide énormément. La plus petite note de positivité, je l'ai prise et je n'ai pas écouté les pessimistes.

A combien de jours de traitement êtes-vous actuellement ?

15 jours. Normalement dans un traitement covid-19, l'évolution positive se voit après 7 jours. Mais pour maman et moi, nos taux de d'oxygène respectifs n'arrivaient pas encore à grimper assez haut après 7 jours. Alors le médecin nous a dit de poursuivre le traitement.

Vous sentez-vous mieux ?

Je me sens encore faible mais je me sens mieux.

Vous considérez-vous comme une survivante ?

Nous avons traversé de rudes épreuves dans la famille ces dernières semaines. La perte d'un être cher et la maladie. J'ai vu un témoignage sur Facebook d'une personne dans la même situation que moi. Je me suis sentie un peu moins seule.