COVID-19 : Tous ensemble face au virus

ArticlesInterviews

©TAMIHAKO
L’association TAMIHAKO souffle sa deuxième bougie cette année.

TAMIHAKO : pour la valorisation de la culture malgache auprès des jeunes

Inculquer aux jeunes l’attachement à leur culture nationale ? Telle est la raison d’être de TAMIHAKO ou TAnora MIahy ny Hasina sy ny KOlontsaina, une association qui regroupe des jeunes de 18 à 30 ans. Issus de différents parcours, ils partagent la même vision : préserver les valeurs et la culture malgache à travers l’art, le patrimoine, les jeux et la langue. Kanto Andrianina Mariella Rakotondramanana, fondatrice et présidente de TAMIHAKO partage le parcours de leur organisation.

Studio Sifaka : D’où vous est venue l’idée de créer cette association ?

Kanto Andrianina Mariella Rakotondramanana : J’ai pu constater que beaucoup de jeunes se focalisent sur les cultures étrangères et délaissent la culture malgache. Il n’y a pas de mal à s’intéresser à d’autres cultures et à apprendre d’autres langues, je suis même pour en maîtriser plusieurs, mais pas au point de perdre la nôtre. Au départ, je souhaitais voir plus de jeunes prioriser notre culture en premier et celles des autres ensuite. Je me suis dit qu’il fallait que je fasse quelque chose de concret. Par conséquent, j’ai fait part de mes motivations, souhaits et visions à certains jeunes. Ensemble, on a décidé de créer une association et nous voilà.

Des objectifs spécifiques à atteindre ?

« Fitiavan-tanindrazana – Fifanajana – Fifanampiana » ou amour de la patrie - respect mutuel - entraide sont les principes fondateurs de TAMIHAKO. Le « Fitiavan-tanindrazana », pour nous, se traduit par la prise de responsabilité mais aussi la responsabilisation. Cela fait également appel à la considération de la langue et à la valorisation de la culture. Le « Fifanajana », c’est la sagesse malgache qui nous invite au respect de tout ce qui nous entoure, de tout être vivant. D’ailleurs, le « Fifanampiana » regroupe toutes les formes d’aides et ne fait pas uniquement référence au soutien matériel. Nous avons commencé à inculquer ces valeurs à nos membres avant de les partager sur une échelle plus grande.

Pour ce faire, nous nous sommes fixés quatre objectifs, la mise en valeur de la langue malgache, l’éducation aux changements de mentalité, la valorisation des arts et aussi des jeux malgaches. Pour cela, nous avons mis en place diverses branches dont l’éducation, les recherches sur les mœurs, us et coutumes propres à certaines communautés, l’histoire, les recherches et développement etc …

Rétrospective et perspective ?

Durant ces deux années d’existence, nous nous sommes surtout concentrés sur nos membres. On a fait des échanges avec des professionnels de la culture, de l’histoire mais aussi donné des formations aux membres. Nous sommes également intervenus auprès de diverses écoles primaires pour partager aux élèves l’amour de la culture en leur faisant comprendre l’importance de la langue malgache, à travers divers jeux et animations. Notre focalisation sur le niveau primaire s’explique par le fait qu’on pense que toute éducation se fait dès la base. Au début de l’année, nous avons projeté de nous tourner vers les lycéens, mais à cause de la pandémie on a dû abandonner cette idée.

Prochainement, nous envisageons de collaborer avec Challenge for kids pour d’autres projets et pour le reste, on vous réserve des surprises.