COVID-19 : Tous ensemble face au virus

Articles

©Studio Sifaka
Les Forces de l'ordre sont en première ligne pour faire respecter les mesures prises.

Les points forts de l'intervention du Premier Ministre

Les mesures pour les 15 prochains jours après le prolongement de la situation d’urgence sanitaire résumées par le Premier ministre, Ntsay Christian :

Pour la région d’Analamanga :

  • Le confinement se poursuit mais avec quelques assouplissements sur certains points :

Les entreprises du secteur privé peuvent opérer jusqu’à 13h, à condition de prendre en charge le transport de leur personnel et de respecter les normes sanitaires sur le lieu de travail.

Les restaurants peuvent ouvrir jusqu’à 13h à condition de respecter les normes sanitaires.

La double montée en moto est autorisée à condition d’avoir un justificatif de filiation (livret de famille, …).

Les épiceries de quartier ouvrent jusqu’à 13 h au lieu de 12h auparavant.

  • Ce qui ne change pas :

Le port du masque obligatoire.

Les déplacements limités au strict minimum.

Seule une personne par famille peut faire les courses.

Pas de taxi-be mais taxi autorisé.

Pas plus de 3 personnes dans les voitures.

Transport de marchandises autorisé.

Les funérailles ne doivent pas se faire en dehors de la région.

Les lignes nationales de taxis-brousse toujours suspendues.

Ecole suspendue pour toutes les classes.

Couvre-feu de 20h à 4h du matin.

Pour les districts Toamasina I et II, Moramanga et Fénérive Est :

Le Premier Ministre a annoncé un assouplissement des mesures :

Activités économiques jusqu’à 17h.

Arrêt des transports en commun jusqu’à 19h.

Couvre-feu de 22h et 4h.

Taxis-brousse suspendus.

Pour les autres régions :

Interdiction de réunion ou d’attroupement de plus de 50 personnes.

Fermeture des bars, discothèques, salles de spectacle.

Vols nationaux suspendus.

Contrôle des prix des PPN.

Le Premier Ministre a indiqué que des mesures spécifiques peuvent être prises localement après concertation avec le centre de commandement opérationnel covid-19 (CCO). Il peut s’agir de la mise en place de couvre-feu ou de nouvelles restrictions. Face aux plaintes de la population concernant la hausse des prix des médicaments, les pharmaciens sont appelés à participer à l’effort de guerre. A cet effet, il a parlé au président de l’ordre des pharmaciens pour qu’il y ait un contrôle des prix, des détaillants aux grossistes.