COVID-19 : Tous ensemble face au virus

Articles

©Pixabay
Un avion cloué au sol.

Le transport aérien malgache à rude épreuve

Depuis la fermeture des frontières malgaches, le trafic aérien passe par une période d’incertitude sans précédent. Au début du confinement, les autorités ont annoncé une suspension de tous les vols extérieurs pour une durée de 30 jours reconductibles. Nous voilà presque trois mois plus tard et rien n’est encore sûr pour la reprise du trafic.

Suspension des vols jusqu’à une date inconnue

Le président de la République en avait pourtant parlé dans son dernier échange avec des journalistes et des acteurs de la société civile et des entrepreneurs dimanche 31 mai dernier. Le gouvernement aurait dû négocier avec les opérateurs du secteur privé la relance économique au cours des deux dernières semaines. De leur côté, les compagnies aériennes dont Air Madagascar rallongent la suspension de leurs vols jusqu’en fin juin. Certains annulent même leurs vols pour le mois de juillet. Nous avons demandé à quelques compagnies aériennes quand est-ce que les vols pourraient reprendre. Mais aucune n’a pu donner de réponse.

Par ailleurs, la compagnie nationale Air Madagascar est particulièrement en détresse depuis cette crise sanitaire. Elle était déjà assez mal en point avant la pandémie et la mise en place des mesures de prévention à la covid-19 ne fait qu’empirer les choses. A part les problèmes financiers propres à la compagnie, il y a encore le conflit entre Air Madagascar et Air France. Le tribunal de commerce de Paris a condamné la compagnie malgache à verser 21 millions d’euros à Air France. Une somme qu’elle n’est visiblement pas en mesure de payer. Air Madagascar a fait appel contre cette décision mais toujours pas de nouvelles jusqu’à présent.

En attente de l’ouverture des frontières ?

Depuis le confinement, la compagnie nationale n’assure que des vols exceptionnels et des vols cargos. Le rapatriement des ressortissants européens vers La Réunion par exemple. Cela ne suffit pourtant pas pour maintenir ses activités à flot. « Depuis la fermeture des frontières, il n’y a pratiquement plus de travail pour nous. Bien sûr, il y a les vols exceptionnels et la distribution du covid-organics dans les régions mais c’est rare », explique un employé. Cerise sur le gâteau, le réunionnais Air Austral – détenteur de 44% des actions d’Air Madagascar – quitte bientôt le capital de la compagnie. Ce qui fait que l’Etat est désormais livré à lui-même pour régler les problèmes de la compagnie.

Quoiqu’il en soit, le ministère des Transports, du Tourisme et de la Météorologie espère pouvoir faire une annonce officielle la semaine prochaine. Médias, transporteurs aériens et opérateurs touristiques attendent avec impatience des nouvelles sur le sort du trafic aérien. D’ailleurs, le président Andry Rajoelina devra faire une annonce sur l’avancée de la stratégie de lutte contre la covid-19 dimanche prochain. Nous verrons si ce sujet sera abordé.