COVID-19 : Tous ensemble face au virus

ArticlesPortraits

©Studio Sifaka
Le bien-être des enfants en situation de handicap tient Malala Rajerison à cœur.

« Des êtres en construction, les enfants en situation de handicap mental ont besoin de soutien dans la durée » dixit Malala Rajerison

Âgée de 22 ans, Malala Rajerison compte vouer sa carrière à aider les jeunes enfants en situation de handicap en devenant éducatrice spécialisée.

Après avoir vécu pendant 7 ans avec un enfant hémiplégique, Malala s’est tournée vers des études qui lui ont permis par la suite de devenir éducatrice spécialisée. Au fil des années, l’empathie et la compassion l’ont poussée à venir en aide aux enfants souffrant de handicap. Ayant commencé par prendre en charge des enfants de rue et des malentendants, elle s’est particulièrement focalisée sur les enfants souffrant de handicap mental.

Les missions d’un éducateur spécialisé

Pour Malala Rajerison, les enfants sont des êtres à part entière et peuvent également jouir des droits fondamentaux comme tout être humain. Ceux qui souffrent de handicap ne doivent pas être en reste aux yeux de Malala Rajerison. « Jusqu’à maintenant, les personnes souffrant de handicap sont souvent catégorisées et marginalisées à cause de leur handicap », explique-t-elle. Ainsi, selon elle, être éducateur spécialisé, c’est accompagner, être à l’écoute et également éduquer les concernés. Les missions d’un éducateur spécialisé consistent à faire en sorte que les bénéficiaires puissent ressentir des résultats positifs, qu’ils s’épanouissent et aient un comportement ainsi qu’une vision plus positive de la vie.

« Chaque être humain a le droit et le devoir de contribuer au bon développement de sa personne ainsi que de son entourage. J’ai choisi d’être éducatrice spécialisée pour justement permettre à ces individus de s’accepter et s’aimer tels qu’ils sont. Je suis là pour les aider à faire sortir leur potentiel et montrer au monde leurs valeurs. Je leur fais comprendre que leur différence n’est pas un handicap mais plutôt un point fort », souligne-t-elle. 

Besoin d’empathie

L’éducation spécialisée a plusieurs sous-domaines qui nécessitent tous beaucoup d’empathie des éducateurs spécialisés comme de l’entourage des sujets encadrés. « Les enfants en situation de handicap mental ont beaucoup de mal à se faire accepter dans les établissements scolaires », souligne-t-elle. Cela est causé, d’une part, par le manque de patience des enseignants mais aussi par l’incompréhension des parents d’élèves. « Dans certains cas, on pourrait parler de rejets. Pourtant, il faut se rappeler que ce sont des êtres en construction qui ont besoin d’être à la fois soutenus, assistés, recadrés et accompagnés », soutient-elle.

« Le bien-être de ces enfants me tient à cœur », précise cette éducatrice, qui s’arme tous les jours de patience, d’empathie et de sang-froid, afin d’offrir un soutien et une assistance spécifique aux enfants en situation de handicap mental. Selon elle, les personnes qui vivent avec ces sujets doivent continuer à soutenir ses enfants chaque jour et ignorer ceux qui essayent de freiner l’évolution de leurs enfants. « Cela peut parfois être difficile, mais avec amour tout est possible », renchérit Malala Rajerison.