COVID-19 : Tous ensemble face au virus

Débat des jeunes

©Fleur de bitume
Faniry Lalamanjato avec sa signature « Fleur de bitume » a été très active durant le challenge « Ma jupe, mon droit ».

Ndao hilaoeky : Remettre sur les rails « Ma jupe mon droit »

La société malgache reste réticente par rapport à la liberté quant aux choix de tenues vestimentaires pour les femmes. De plus, au mois d’août dernier, la Commune Urbaine de Sambava a réaffirmé sa décision sur l’interdiction du port de mini-jupe pour les jeunes filles de moins de 18 ans. Une question mérite d’être reposée: Est-il vraiment nécessaire d’interdire le port de mini-jupe ? Faniry Lalamanjato, illustratrice, s’est exprimée sur trois points : le consentement, la responsabilisation et le détachement par rapport aux stéréotypes. Quant à Manantsoa Raparison, il a suggéré que l’on devrait mettre davantage l’accent sur l’éducation en fonction de la culture malgache.



Mbola sarotiny ny fiarahamonina malagasy ny amin’ny fomba fitafin’ny vehivavy. Ahitana taratra izany ny fanapahan-kevitry ny Kaominina ambonivohitr’i Sambava ny volana aogositra 2020 amin’ny famoahana fepetra fiarovana ny tanora latsaky ny 18 taona ka anisan’izany ny fandrarana ny fanaovana zipo fohy. Naverina napetraka ny fanontaniana ato anatin’ny Ndao hilaoeky hoe : Tokony ho ferana tokoa ve ny fanaovana zipo fohy? Tokony miara-beazina ny lehilahy sy ny vehivavy ary tokony samy ho tompon’andraikitra hoy i Faniry Lalamanjato, mpanao sary. Nitafatafa momba ny fanomezan-danja ny fanabeazana ara-pananahana sy ny fifampierana izy sy i Manantsoa Raparison, mpanabe eo amin’ny tontolon’ny boky.

Studio Sifaka · 2020 - 09 - 03 Fandaharana NDAO HILAOEKY MA JUPE MON DROIT