COVID-19 : Tous ensemble face au virus

Débat des jeunes

©Happy Pixels
Les femmes s’initient aux arts martiaux pour se défendre des agresseurs.

Le port d’arme blanche par les citoyens

Nisesy ny trangana herisetra sy fanolanana. Manoloana izany, te hiaro ny tenany ireo olon-tsotra. Eo ohatra ny fahaizana haiady fa eo ihany koa ny fananana fitaovana fiarovana manokana toy ny “taser”. Mety ho an’ny olon-tsotra ve ny fananana fitaovam-piarovana manokana toy ireny amin’ny andavanandro? Miaro ny zon’ny olona indrindra ny vehivavy ny fikambanana ”Hiaka” ka ho azy ireo, tokony hanana zo hiaro tena ny olon-tsotra. Mila sivanina anefa ny fitaovana omena alalana ary mila manana taratasy mazava ny olona manana izany, hoy i Ratovoarimanana Kanto Fitia, mpikambana ao amin’ity fikambanana ity. Misy ny lalàna mifehy ary mila lanjalanjaina tsara anefa ny fampiasana izany hoy i Rasolonjanahary Ranto, mpahay lalana. Mety tsy ho voafehy ny fanalalahana ny fampiasana ny fitaovana fiarovan-tena ary mety hampitombo ny herisetra indray raha olona manana olana ara-tsaina no omena azy. Mety ho lasa voasarika handratra olona ihany koa fa tsy hiaro tena manko ny olon-tsotra. Ilaina ohatra ny fanadihadiana ny mombamomba ilay olona mampiasa azy. Tsara ihany koa ny fisian’ny fanentanana eny anivon’ny fiarahamonina, hoy izy ireo.


Studio Sifaka · 2020 - 12 - 22 Fandaharana NDAO HILAOEKY SELF DEFENSE

Après la multiplication des cas de viols et d’agressions, les citoyens prennent des mesures particulières pour se protéger comme l’initiation aux  arts martiaux ou le port d’armes de protection. La possession d’arme blanche au quotidien est-elle adaptée aux citoyens ? L’association « Hiaka » entame des actions de sensibilisation pour la protection des droits des femmes. Selon cette association, les citoyens doivent avoir le droit de se protéger de leur agresseur. « Malgré cela, on devrait bien distinguer les types d’armes de protection à autoriser » souligne Kanto Fitia Ratovoarimanana, membre de l’association. Les personnes en détention d’armes blanches doivent avoir, en leur possession, des papiers justificatifs. Selon le juriste  Ranto Rasolonjanahary,  le port d’arme blanche est règlementé à Madagascar. Si l’on ne maîtrise pas la libéralisation du port et de la possession d’arme blanche, cela pourrait, au contraire, faire augmenter le nombre d’agressions. Les détenteurs d’armes blanches doivent d’ailleurs passer par une enquête de moralité pour éviter qu’une personne ayant des problèmes mentaux n’en fasse usage. En effet, les citoyens peuvent être amenés à attaquer d’autres personnes au lieu de se limiter à la légitime défense. Selon nos interlocuteurs, la responsabilisation des citoyens est requise.