COVID-19 : Tous ensemble face au virus

MagazinesCulture / Sandrify

©FIMPIMA
Les orateurs de FIMPIMA.

Sandrify du 10 février 2020 : Femme oratrice.

La société malgache a toujours donné la préséance aux hommes dans les prises de paroles. Dada Tsimba, un orateur, avance comme raison le fait que les femmes soient considérées comme flegmatiques, en rapport avec la menstruation. Cette époque est peut-être révolue parce qu’elles sont de plus en plus nombreuses à exceller dans l’art oratoire.

Nous avons rencontré l’une d’entre elles, Balisama se confie dans l’émission « Sandrify ».


Raha eo amin’ny fiaraha-monina malagasy dia tsy tokony hiteny mihitsy ny vehivavy, hoy i Dada Tsimba, noho ny fahalemeny satria izy misy fandim-bolana. Tsy maintsy lehilahy ary zokiolona no mandray fitenenana ary raha toa ka tsy misy lehilahy na zokiolona dia omena vehivavy zokiolona izay efa mitsahatra fadim-bolana ny fitenenana. Mijoro vavolombelona amin’ny trangan-javatra niainany sy hiainanay kosa i Balisama, tovovavy mpikabary ao anatin’ny fandaharana Sandrify.