COVID-19 : Tous ensemble face au virus

MagazinesCulture / Sandrify

©Sspieh3
Dans la philosophie malgache, les derniers mots d’un mourant orientent certains choix ou décisions des vivants.

Sandrify : Zoom sur les femmes « mafana tratra » et les hommes « maranitra antsy »

La mort fait partie de la vie et il arrive qu’on perde un proche, un membre de la famille, un collègue, un conjoint, ... Dans la culture malgache, si une personne perd son conjoint une seule fois, il n’y a rien de particulier à retenir. Mais si cela se répète, c’est-à-dire si elle perd son conjoint, se remarie et perd de nouveau le dernier, dans ce cas, l’on parle de femme « mafana tratra » ou d’homme « maranitra antsy ».

Selon les explications du traditionnaliste et astrologue, Herinjaka Varibolo, des malédictions jetées par les ascendants aux descendants peuvent expliquer ce fait. Il peut s’agir également d’un esprit qui vit à l’intérieur de l’homme ou de la femme et qui tue tous ses partenaires.

Face à ce genre de situation, la purification est essentielle, toujours selon Herinjaka Varibolo. Cela peut être effectué à travers des massages spirituels, des purifications dans des fleuves ou rivières ou encore d’un pacte.  

Toujours dans ce cadre, il est plus que loisible de prêter attention aux derniers mots d’un mourant. La famille et ses proches se doivent de les accomplir sous peine de malheurs ou de malédictions. Cependant, selon l’astrologue et traditionnaliste David Rakoto, les derniers mots d’un mourant ne doivent pas être accomplis s’ils vont à l’encontre des traditions, des us et coutumes.



Anisan’ny lalovan’ny olombelona ny fahafatesana, na izany ny ray aman-dreny, ny iray tampo, ny namana, ny zanaka, ny vady. Amin’ity farany ity kosa, raha maty vady foana ny olona iray dia antsoina hoe « mafana tratra » izy raha vehivavy ary « maranitra antsy » raha lehilahy. Anisan’ny antony mahatonga io, hoy ny mpahay fomban-drazana Herinjaka Varibolo, ny ozon-drazana izay mifindra amin’ny taranaka mandimby rehetra. Mety ho lolo mpirenireny eny rehetra eny koa io ka manambady ilay vehivavy na ilay lehilahy, izany hoe tafiditra ary mipetraka ao aminy ao ary mamono izay vadiny rehetra.

Manoloana izany trangan-javatra izany dia mila fanafahana ilay olona mafana tratra na maranitra antsy. Anisan’ny azo hatao, hoy hatrany, i Herinjaka Varibolo, ny mandroaka ily fanahy ratsy tsy hipetraka ao amin’ilay olona intsony amin’ny alalan’ny faditra, ny sorona, ny fanadiovana anaty rano mandeha, ny evoka, na ny fanorana.

Rehefa miresaka fahafatesana ihany koa dia matetika ny velona manontany ny fianakavian’ilay nodimandry ny hafatra napetrany, mba tsy hananan-tsiny. Mahavoan’ny tsiny tokoa ny tsy fanajana ny hafatry ny maty hoy ny mpanandro sady mpahay fomban-drazana, Rakoto David. Manoloana izay kosa nefa dia tsy tokony ho tanterahana ny hafatry ny maty izay mifanipaka na tsy manaja ny fomban-drazana, hoy hatrany izy, satria manjary very ny hasin’ilay fomba.

Studio Sifaka · 2020 - 09 - 23 Fandaharana - SANDRIFY - MAFANA - TRATRA - HAFARTY - NY - MATY