COVID-19 : Tous ensemble face au virus

MagazinesCulture / Sandrify

©Studio Sifaka
Une mère qui tient son enfant à Antananarivo Madagascar

Sandrify du 25 février 2020 : Ny zanaka.

La progéniture se dit « sombiniaina », « menaky ny aina » ou encore « silaky ny aina » en malgache. Elle hérite des comportements de ses parents. Selon le proverbe malgache, c’est également la première richesse d’un ménage. L’infertilité d’un des parents est la pire des sorts selon les explications de l’orateur Santatra Rabefihavanana.  Dans l’ancienne société malgache, les personnes infertiles étaient rejetées par la société et n’étaient pas enterrées dans le tombeau familial. Les enfants sont les seuls sur qui les parents peuvent compter quand ils sont vieux. Une période où ils attendent le fameux « valim-babena »


Ny zanaka dia ilay antsoina hoe sombiniaina, menaky ny aina, silaky ny ainy. Ambara ihany koa hoe atody orokoroka na ilay famindrana ny toetran’ ilay ray amandreniny amin’ ny zanany. Araka ilay ohabolana dia ny zaza no voalohan-karena ary tena fara-fahoriana ho an’ ny malagasy ny tsy fananan-janaka araka ny fanazavan’ i Santatra Rabefihavanana, mpikabary. Tsy milevina am-pasan-drazana ary ahilikin’ ny fiaraha-monina ny olona momba teo amin’ny malagasy. Rehefa tonga ny fahanterana dia ny zanaka no farany ianteherana sy iandrandrana valim-babena.